Le retour de l’inflation



L’État français s’est endetté ces dernières années afin de lutter contre les effets de la pandémie. Le laxisme budgétaire assumé s’est traduit par le « quoi qu’il en coûte ». Aujourd’hui, la dette publique représente 113% du PIB contre 98% en 2017. Le niveau de cette dette atteint 2 800 milliards d’euros. Il existe en plus une « dette cachée » comprenant des engagements de l’État, notamment le provisionnement des retraites des agents de la fonction publique. Cette politique est logique quand les taux d’intérêt sont nuls ou négatifs pour les États emprunteurs. Mais cette période exceptionnelle touche à sa fin.


La guerre en Ukraine aura prochainement un impact sur le prix du blé car ce pays est un pays exportateur de blé. De même, les sanctions contre la Russie pourraient faire monter les prix du gaz et du pétrole car elle est un important fournisseur pour l’Europe. Les États-Unis proposent leur gaz mais il serait à un prix plus élevé car il faudrait le liquéfier et l’acheminer par méthaniers depuis l’Amérique. Le coût de l’énergie risque de flamber prochainement. Ainsi les sanctions contre la Russie contribuent à la hausse du cours du brut. La situation risque de devenir explosive pour le gouvernement français quand on se souvient que la révolte des gilets jaunes a commencé à cause d’une hausse de prix de l’essence.

Des promesses électorales ont été faites durant la présidentielle. Les retraités attendent une réindexation de leur pension et les foyers les plus modestes l’accès à des chèques alimentaires pour compenser la hausse de prix. Les priorités du nouveau gouvernement concernent l’éducation, la santé, l’écologie et la construction européenne. Mais ces objectifs pourraient être contrariés par une inflation de plus en plus forte qui obligera les Français à réduire leur consommation ou à piocher dans leur épargne.


De plus, une hausse des taux d’intérêt est prévue par la Banque Centrale Européenne pour limiter les crédits et l’inflation qui arrive. Le renchérissement des taux d’intérêt contribuera à réduire les investissements et l’activité économique. Une crise majeure est devant nous. Dans ses vidéos, le financier Charles Gave recommande d’acheter de l’or car il s’agit d’une valeur refuge. Le prix des pièces d’or augmentera dans la même proportion que l’inflation.

Nous suivre
  • Facebook Basic Black
  • Twitter Basic Black