L’invasion de l’Ukraine : la fin d’une illusion



La Russie a attaqué l’Ukraine et des blindés progressent vers la capitale ukrainienne. Les dirigeants occidentaux condamnent cette invasion. Des négociations sont en cours et des pressions s’exercent sur la Russie pour mettre fin à cette violation de la frontière ukrainienne. Toutefois le président américain a précisé que les forces militaires de l’OTAN n’interviendront pas dans ce conflit. Il devrait donc rester limité à l’Ukraine. L’objectif de Vladimir Poutine est certainement de récupérer la région du Donbass peuplée de russophones comme il a annexé la Crimée en 2014.


Après l’effondrement de l’Union soviétique en 1991, les dirigeants russes désiraient se rapprocher des pays de l’Europe de l’Ouest. Une adhésion de la Russie à l’OTAN a même été envisagée en 2002. Mais les pays occidentaux n’ont pas donné suite. La promesse que les pays de l’ancien bloc soviétique n’intégreraient pas l’OTAN aurait été faite aux Russes. Mais ces pays ont adhéré progressivement à l’OTAN de 1999 à 2004 : la Tchéquie, la Hongrie, la Pologne, la Bulgarie, l’Estonie, la Lettonie, la Lituanie, la Roumanie, la Slovaquie et la Slovénie.


Aujourd’hui, Vladimir Poutine exige un engagement écrit de la part des Américains afin que l’Ukraine ne soit pas intégrée à l’OTAN. De plus, les accords de Minsk de 2015 impliquant une large autonomie des deux républiques de Lougansk et de Donetsk dans le Donbass n’ont pas été respectés par les dirigeants ukrainiens. Les Russes ont le sentiment que les Occidentaux n’ont pas cessé de leur mentir. Après avoir perdu son empire, la Russie a été méprisée par les dirigeants occidentaux. Cette attitude a probablement provoqué les réactions belliqueuses de la Russie en Crimée et à présent en Ukraine.


On peut aussi constater que l’ancien monde n’a pas disparu : des rivalités entre des États souverains et des rapports de force continuent de régir les relations internationales. La mondialisation heureuse basée sur le libre-échange et la démocratie est une illusion. Le monde n’a jamais cessé d’être dangereux. La suppression des frontières et les migrations anarchiques représentent des dangers mortels malgré la propagande des défenseurs de la société ouverte. La pandémie venue de Chine et l’invasion de l’Ukraine prouvent bien que des dangers peuvent venir de l’étranger.

Nous suivre
  • Facebook Basic Black
  • Twitter Basic Black