Encore un second tour Macron - Le Pen ?



Les sondages prévoient un second tour opposant Emmanuel Macron à Marine Le Pen. Le dernier sondage de Cluster 17 du 27 mars 2022 confirme cette possibilité. Emmanuel Macron est crédité de 27% d’intention de vote et Marine Le Pen de 17%. Jean-Luc Mélenchon poursuit son ascension et se situerait à 15% tandis qu’Éric Zemmour serait à 12,5%.


Emmanuel Macron a la baraka : la crise du covid lui a permis de jouer au chef de guerre durant son mandat et désormais la guerre russo-ukrainienne lui permet d’apparaître en défenseur d’une Ukraine agressée par le méchant Poutine. Ces deux postures ont contribué au maintien d’un niveau de popularité plus élevé que d’autres présidents avant lui. Cette situation politique est actuellement favorable à Emmanuel Macron.


Marine Le Pen a acquis une image plus modérée grâce à la percée d’Éric Zemmour dans la campagne présidentielle. Celui-ci apparait le plus radical des candidats de droite et il a permis à Marine Le Pen de se dédiaboliser et d’apparaître plus présidentiable. Les affiches électorales de Marine Le Pen ont comme slogan « Femme d’État ».


Toutefois, des retournements de fin de campagne sont encore possibles. La déclaration de patrimoine d’Emmanuel Macron a créé une polémique. Il déclare un patrimoine de 550 000 euros. Ce patrimoine apparait modeste pour un ancien banquier d’affaires de la banque Rothschild. Certains pourraient penser qu’une partie de ces gains a été placée à l’étranger.


De plus, le cabinet de conseil américain McKinsey s’invite dans la campagne électorale française juste avant le premier tour. Ce cabinet serait intervenu dans la rédaction du programme présidentiel 2017 d’Emmanuel Macron. Ensuite McKinsey aurait prodigué ses conseils concernant la stratégie de lutte contre le covid-19. Ces conseils sont payés très chers par les contribuables français. Certains pourraient penser que le gouvernement et la haute administration sont incapables de régler les problèmes sans l’aide intéressée de cabinets étrangers.


Enfin, l’inflation en cours pourrait pénaliser Emmanuel Macron dans la dernière ligne droite avant l’élection. La hausse du prix des carburants est notamment un sujet sensible pour les Français. La révolte de Gilets jaunes a éclaté à la suite d’une taxation de l’essence. Mais Emmanuel Macron a habilement décidé une baisse de taxe sur l’essence de 15 à 18 centimes par litre. Cette réduction est prévue pour durer 4 mois. Il s’agit manifestement d’une mesure électorale permettant de remporter la présidentielle et les législatives. On saura bientôt si la chance servira encore Macron !




Nous suivre
  • Facebook Basic Black
  • Twitter Basic Black