top of page

Darmanin futur premier ministre ?



Gérald Darmanin a récemment répondu à la critique d’une députée de gauche à l’Assemblée nationale avec une anaphore. Il s’agit de répéter les mêmes mots en début de chaque phrase pour obtenir un effet de renforcement de l’impact.


Que s’est-il passé à gauche pour qu’on confonde casseurs et policiers ?

Que s’est-il passé à gauche pour qu’on n’ait pas un mot dans une question d’actualité pour penser à tous ces policiers et ces gendarmes qui sont blessés ?

Que s’est-il passé à gauche quand on n’a pas un mot quand on attaque des commissariats, des tribunaux, des préfectures, des permanences de parlementaires ?

Que s’est-il passé à gauche pour qu’on confonde manifestations interdites et manifestations autorisées ?

Que s’est-il passé à gauche pour qu’on ne respecte plus l’uniforme de la République ?

Que s’est-il passé à gauche, madame la députée, pour qu’on oublie à ce point Clémenceau, Chevènement, Cazeneuve, Valls, Mitterrand, Badinter ?

Que s’est-il passé à gauche pour qu’on haïsse des policiers ?

Que s’est-il passé à gauche pour faire alliance avec monsieur Mélenchon qui les insulte, qui les vomit et qui finalement fait honte à tous les électeurs de gauche ?


Gérald Darmanin fait de la politique. Il n’a pas hésité à remettre à sa place une députée de gauche sur le sujet des « violences policières » lors des manifestations. Il se positionne en même temps comme un successeur possible d’Élisabeth Borne. En effet, Emmanuel Macron a besoin du soutien d’une partie des députés Les Républicains à l’Assemblée nationale pour faire voter les projets de loi. Un membre du parti Les Républicains à Matignon pourrait plus facilement obtenir les voix nécessaires. De plus, Gérald Darmanin en tant que ministre de l’Intérieur incarne le parti de l’ordre. Emmanuel Macron pourrait lui accorder une promotion.

コメント


Nous suivre
  • Facebook Basic Black
  • Twitter Basic Black
bottom of page