Des gilets jaunes sur écoute



L’hebdomadaire Le Point du 7 février 2019 affirme qu’environ 150 gilets jaunes (une centaine en province et une cinquantaine en région parisienne) ont été placés sur écoute téléphonique et/ou sous espionnage internet. Le Service central du renseignement territorial et la Direction du renseignement de la préfecture de Paris ont multiplié les demandes auprès de la Commission nationale de contrôle des techniques de renseignement (CNCTR). La CNCTR justifie ces écoutes par la prévention des « atteintes à la forme républicaine des institutions ».


En accordant des autorisations de surveillance, cette commission considère que les gilets jaunes veulent renverser la république alors qu’ils demandent seulement la démission de Macron. Si le slogan « Macron démission » est une atteinte à la république ; alors la liberté d’expression et la liberté de manifester sont remises en cause. Les gilets jaunes sont assimilés à des mouvements extrémistes désirant renverser la république. Pourtant une revendication principale des gilets jaunes est l’instauration du référendum d’initiative citoyenne (RIC). Cette demande s’inscrit bien dans le cadre républicain et elle devrait permettre davantage de consultations du peuple souverain. Dans une démocratie, c’est le peuple qui est le souverain et non le chef de l’État : considérer qu’une demande de démission du chef de l’État est une attaque contre la république constitue une dérive liberticide.


La démocratie est menacée justement lorsque la liberté d’expression du peuple est brimée. Les républiques peuvent être autoritaires (dictatures militaires) ou totalitaires (régimes communistes). Le plus important est de préserver une république démocratique. Malheureusement, la république française ressemble de plus en plus à une république bananière !


Nous suivre
  • Facebook Basic Black
  • Twitter Basic Black
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now