Une remise en cause de l’avortement aux États-Unis ?



Un projet d’arrêt de la Cour suprême américaine a fuité dans la presse. Actuellement, l’arrêt Roe versus Wade, rendu par la Cour suprême en 1973 est appliqué. Les États fédérés ont l’obligation de légaliser le droit à l’avortement. Il est autorisé d’avorter jusqu’à 24 semaines. Avec le projet d’arrêt, les États n’auraient plus l’obligation de légaliser l’avortement. Mais ils n’auraient pas non plus une obligation de l’abroger. Les 50 États américains pourraient légiférer librement sur l’avortement.

Les juges actuels de la Cour suprême estiment que l’arrêt de 1973 a « court-circuité le processus démocratique » et qu’il constitue un « abus de l’autorité judicaire ». Ils estiment que les désirs individuels ne créent pas des droits. La notion de « liberté ordonnée » est mise en avant par les juges. La Constitution n’autorise pas les citoyens à agir sans limite selon leurs désirs. Le fœtus peut être considéré comme un être humain différent de la mère. Même si une femme porte un fœtus, elle n’a donc pas tous les droits sur lui.


C’est l’État du Mississipi qui a saisi les juges de la Cour suprême. Ils estiment que cet État peut se prévaloir « d’intérêts légitimes » pour ramener le délai légal d’avortement à 15 semaines. Le texte cite notamment : le respect et la préservation de la vie prénatale, la protection de la santé de la mère, l’élimination de procédures médicales horribles, l’atténuation de la douleur fœtale et la prévention de la discrimination fondée sur la race, le sexe ou le handicap.


Cette polémique est surtout politique car Donald Trump durant son mandat a nommé 3 juges. La majorité a basculée au profit des républicains. Il est probable qu’un juge de la minorité démocrate a diffusé le projet d’arrêt afin de créer un scandale empêchant la décision d’aboutir. Mais les juges républicains ont répondu qu’ils ne se prononcent pas en fonction des réactions de l’opinion publique. Cet arrêt donnerait à nouveau aux élus des différents États la possibilité de légiférer sur le sujet.


Cette polémique fait apparaître que le délai pour avorter est plus élevé aux États-Unis qu’en France. Le délai a été récemment allongé de 2 semaines, passant de 12 à 14 semaines. Une polémique sur l’avortement existe aussi en France. Et elle n’est pas prête de s’arrêter !

Nous suivre
  • Facebook Basic Black
  • Twitter Basic Black