top of page

La fin des véhicules thermiques imposée



Le parlement européen a approuvé le 14 février 2023 un projet de réglementation mettant fin à la vente des véhicules neufs à moteur thermique dans l’Union européenne. L’objectif affiché est de réduire les émissions de gaz à effet de serre de 55% avant 2035. Cette loi ne vise que les voitures à essence ou diesel et les hybrides. Les camions, les autocars et les tracteurs sont exclus.


Le principe du moteur thermique consiste à transformer l’énergie d’une combustion en énergie mécanique. Les rendements actuels sont de l’ordre de 36% et les 64% restant sont perdus sous forme de chaleur libérée dans l’environnement. Deux options existent pour remplacer le moteur thermique : le véhicule électrique et la voiture à hydrogène.


La voiture électrique n’est pas une nouveauté : l’ingénieur belge Camille Jenatzy produisit en 1899 une voiture alimentée par une batterie rechargeable. Mais le poids de la batterie représentait la moitié du poids du véhicule. Le problème reste d’actualité et l’on peut ajouter la durée des recharges et la faible autonomie. Plus un véhicule est lourd et plus la consommation d’énergie s’accroit. Les centrales thermiques produisant de l’électricité ont des rendements de l’ordre de 40%. Les centrales à charbon ou à fuel utilisent des ressources générant des émissions de gaz à effet de serre.


La voiture à hydrogène utilise une batterie d’un type particulier : une pile à combustion fonctionnant avec de l’hydrogène sous pression et de l’oxygène. Il faut pouvoir s’alimenter en hydrogène gazeux auprès d’un distributeur. Mais l’hydrogène n’existe pas dans la nature. Deux moyens existent pour fabriquer l’hydrogène. L’électrolyse de l’eau nécessite une consommation d’électricité et l’hydro-reformatage du méthane ou du gaz naturel. Le rendement de la filière hydrogène est faible. Les trois-quarts de l’énergie seront perdus sous forme de chaleur au cours des différentes étapes.


Au nom de la lutte contre les émissions de gaz carbonique, une filière non rentable de transformation de l’hydrogène est promue. Mais la réalité économique rattrapera les idéologues. Les subventions ne changeront pas la réalité technologique. Le gouvernement a agité le spectre de coupures d’électricité durant cet hiver alors que les véhicules électriques et à hydrogène sont peu nombreux. D’autre part, des écolos demandent la fermeture des centrales nucléaires. Comment alimenter les futurs véhicules en électricité sans construire de nouvelles centrales nucléaires ?

Kommentare


Nous suivre
  • Facebook Basic Black
  • Twitter Basic Black
bottom of page