Emmanuel Macron à Bormes-les-Mimosas : l’Histoire revisitée



Le débarquement de Provence à Bormes-les-Mimosas a été commémoré par Emmanuel Macron. Il a d’abord rendu hommage aux héros d’aujourd’hui comme les pompiers qui ont combattu les feux cet été. Emmanuel Macron a dénoncé le retour de la guerre en Europe à cause de l’invasion russe en Ukraine : « Les fantômes de l’esprit de revanche, les violations flagrantes de la souveraineté des États, l’intolérable mépris des peuples, la volonté impérialiste ressurgissent du passé pour s’imposer dans le quotidien de notre Europe, de nos voisins, de nos amis ».


Emmanuel Macron souhaite « raviver comme chaque année la flamme de la mémoire pour éclairer notre présent, révéler à sa lueur les ombres qui nous guettent aujourd’hui, et cette flamme qu’il nous faut attiser, c’est celle que portaient à travers la nuit les braves qui débarquèrent il y a 78 ans sur les plages du Var ; et c’est celle qui doit nous inspirer ». Emmanuel Macron précise : « Ces milliers d’hommes qui foulaient le sol de l’hexagone pour la première fois, risquant leur vie pour une terre qu’ils ne connaissaient pas, qu’ils soient spahis, ou zouaves, tirailleurs sénégalais et algériens, goumiers et tabors marocains, marsouins du Pacifique et des Antilles. Nous leur devons tant ». Emmanuel Macron rappelle aussi le rôle des Américains et des Anglais qui furent parachutés sur les massifs des Maures et de l’Estérel.


Toutefois, on a l’impression en écoutant ce discours que seuls des étrangers ont libéré la France de l’emprise nazie. Il est normal de rendre hommage à des héros qui en 1944 ont risqué leur vie pour libérer la France. Mais il n’est pas nécessaire de gommer le rôle des Français. De même, il est anormal de remplacer le mot « France » par « hexagone ». Le terme « hexagone » réduit la France a une figure géométrique. En réalité, c’est le territoire français qui a été libéré. La France est un pays qui a une longue histoire, une géographie, une langue, un rayonnement international ainsi que des traditions, des particularités culturelles et des frontières. De plus, la France est peuplée en grande majorité par des Français.


A cause de son idéologie cosmopolite, Emmanuel Macron ne peut pas percevoir le point commun entre 1944 et aujourd’hui. A l’époque, il existait un pouvoir basé à Vichy soumis à l’État allemand. Aujourd’hui, il y a un pouvoir parisien soumis à une commission bruxelloise présidée par une Allemande. Il est vrai qu’Ursula parait plus avenante qu’Adolf. Mais la soumission à l’étranger est un point commun avec le pouvoir pétainiste.

Nous suivre
  • Facebook Basic Black
  • Twitter Basic Black