L’Allemagne lorgne sur l’arme nucléaire de la France

09/02/2020

 

En 2018, le vice-chancelier allemand Olaf Scholz s’intéressait au siège de membre permanent de la France au conseil de sécurité des Nations Unies. Il déclarait : « A moyen terme, le siège de la France pourrait être transformé en siège de l’UE ». Seulement cinq pays sont membres permanents de conseil de sécurité des Nations Unies. Ces 5 pays détiennent  tous l’arme nucléaire (États-Unis, Chine, Russie, France et Royaume-Uni). Si la France cède sa place à un représentant de l’Union Européenne, cela signifierait un déclassement de la France. De plus, l’UE étant actuellement dominée par l’Allemagne, le siège de l’UE serait occupé par une personnalité approuvée par l’Allemagne.

 

Maintenant  un proche d’Angela Merkel - Johann Wadephul - déclare  que l’Allemagne doit « envisager une coopération avec la France en ce qui concerne les armes nucléaires ». Il  suggère ainsi que la France pourrait abandonner sa souveraineté sur la décision d’emploi des armes nucléaires pour la partager avec l’Allemagne ou avec un comité de l’Union Européenne.

 

Cette proposition est une insolence qui révèle la stratégie constante de l’Allemagne : rabaisser la France et se venger des défaites militaires d’antan. La France n’a aucun intérêt à laisser un autre pays ou un comité européen s’arroger un droit d’utilisation de l’armement nucléaire français : 4 sous-marins nucléaires lanceurs d’engins (SNLE) et 48 avions Rafale.

 

Ce transfert de souveraineté proposée à la France démontre bien que la construction européenne conduit inexorablement à une disparition de la France comme puissance indépendante.

Please reload

Nous suivre
  • Facebook Basic Black
  • Twitter Basic Black
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now