Le Conseil suédois de l’éducation souhaite une réécriture de l’histoire

05/10/2019

 

Le Conseil de l’éducation suédois préconise une réécriture « progressiste » de l’histoire enseignée aux collégiens. Il faudrait se concentrer davantage sur les siècles récents. Aucun cours d’histoire ne devrait être antérieur à l’année 1700 au collège. La Grèce antique et l’empire romain se retrouvent ainsi dans les poubelles de l’histoire !

 

Le Conseil souhaite commencer par une présentation du colonialisme européen et de l’esclavage. Ensuite il conviendrait d’étudier la seconde guerre mondiale et la guerre froide, mais sans mentionner les 80 millions de morts dus aux dictatures communistes. De plus, les nouveaux cours d’histoire devraient notamment sensibiliser les collégiens aux questions de genre, de migrations et de racisme. Les intentions du  Conseil suédois sont claires : les leçons d’histoire ont pour but un endoctrinement des collégiens sur le modèle des sociétés communistes et fascistes. Heureusement ce projet de manipulation totalitaire provoque en Suède des critiques et des oppositions.

 

Néanmoins les historiens français ont déjà commencé de manière insidieuse à réécrire l’histoire servie aux collégiens pour en faire une propagande au service de la société multiculturelle. Ainsi le programme d’histoire de 5e repose sur 3 thèmes :

  • Chrétientés et islam (VIe – XIIIe siècles), des mondes en contact

  • Société, Église et pouvoir politique dans l’Occident féodal (XIe – XVe siècles)

  • Transformations de l’Europe et ouverture sur le monde au XVIe et XVIIe siècles

L’idée centrale est de faire l’apologie de l’ouverture à l’autre. Évidemment aucune critique de l’islam n’est prévue lors du thème 1. Par contre, le thème 2 autorise un anticléricalisme primaire et le thème 3 permet une autoflagellation sur les méfaits de l’Occident.

Please reload

Nous suivre
  • Facebook Basic Black
  • Twitter Basic Black
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now