L’Union européenne ajoute 17 espèces à la liste des espèces invasives

21/09/2019

 

L’Union  européenne a ajouté 17 espèces à la liste des animaux ou des plantes considérées comme invasives ; car elles peuvent altérer la biodiversité et supplanter les espèces locales. Une première liste de 37 espèces a été publiée au Journal officiel de l’Union européenne en date du 13 juillet 2016 ; 12 espèces ont été ajoutées le 13 juillet 2017 et 17 espèces le 25 juillet 2019. On trouve sur cette liste l’écrevisse américaine, le crabe chinois, la tortue de Floride, le raton laveur, le rat musqué, l’écureuil gris et le frelon asiatique. La jacinthe d’eau, l’acacia à feuille de saule, le houblon du Japon et la fausse camomille figurent sur la liste des végétaux invasifs.

 

La majorité des introductions est d’ordre accidentel en lien avec le développement des échanges commerciaux internationaux. Toutefois certaines espèces ont été volontairement introduites en Europe et d’autres se sont échappées des lieux où elles étaient élevées (raton laveur, rat musqué) ou cultivées.

 

Le règlement de l’Union Européenne N° 1143/2014 précise : « Les menaces que les espèces exotiques envahissantes font peser sur la biodiversité et les services écosystémiques associés prennent différentes formes, en ce compris de graves incidences sur les espèces indigènes et sur la structure et le fonctionnement des écosystèmes par une modification des habitats, la prédation, la concurrence entre les espèces, la transmission de pathologies, le remplacement d'espèces indigènes sur une part importante de leur aire de répartition et par des modifications génétiques par hybridation. En outre, les espèces exotiques envahissantes peuvent également avoir un effet néfaste important sur la santé humaine et sur l'économie ».

 

Il existe pourtant une espèce qui fait exception : l’espèce humaine. Les  problèmes disparaissent miraculeusement pour les  migrations d’humains vers l’Europe : pas de prédation, de concurrence ou de transmission de pathologies. Les  espèces animales et végétales invasives doivent être combattues mais les migrations humaines seraient une chance pour les autochtones. Les bureaucrates européens ne semblent pas percevoir la contradiction !

Please reload

Nous suivre
  • Facebook Basic Black
  • Twitter Basic Black
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now