Macron : le séducteur des électeurs LR

27/04/2018

 

Si le 1er tour de la présidentielle avait lieu dimanche prochain, le résultat serait flatteur pour Emmanuel Macron selon un sondage. Un an après la présidentielle, Emmanuel Macron recueillerait 36% des voix, soit 12 points de plus que son score de mai dernier. Laurent Wauquiez obtiendrait 8%. Le nouveau président Les Républicains aurait un score inférieur de 12 points à celui de François Fillon. On a l’impression qu’un transfert d’électeurs LR vers LREM s’est réalisé.

 

Il est vrai que les électeurs LR ont des motifs de satisfaction : la réforme du code du travail, le retour à une pédagogie plus traditionnelle à l’école et la réforme du statut des cheminots. Ces chantiers sont de nature à satisfaire l’électorat LR. Par contre la hausse de la CSG pour les retraités et le projet de loi Asile et immigration devraient déplaire à cet électorat. La loi sur l’immigration prévoit que les mineurs admis en France pourront faire venir leurs frères et sœurs en plus de leurs parents. Il s’agit d’une forte incitation à l’immigration de mineurs isolés car elle peut ensuite déboucher sur un regroupement familial en France.

 

Malgré les sarcasmes des médias dominants, Marine Le Pen obtiendrait un score de 23% au premier tour de la présidentielle (+1,5 point). Le débat du second tour n’a pas eu l’effet escompté par la caste journalistique car les électeurs potentiels sont plus nombreux. On peut aussi noter que Nicolas Dupont-Aignan obtiendrait 6% des voix (+1,5 point). Les thématiques régaliennes sont porteuses pour les partis d’opposition. Toutefois LR apparait comme un parti divisé. Son  président veut séduire l’électorat du Rassemblement national tandis que certains cadres LR veulent se rapprocher d’Emmanuel Macron. Cette dissension  nuit à la cohérence programmatique  du parti.

 

De son côté, Emmanuel Macron soigne sa communication. Il s’est rendu dans une école d’un village de l’Orne pour se faire interviewer par le présentateur du journal de 13 heures de TF1. Cette mise en situation a permis au président de jouer la proximité avec la France profonde. Quelques jours plus tard, Emmanuel Macron était à Paris face à un journaliste provocateur et à un vieux militant d’extrême-gauche. On pouvait voir la tour Eiffel derrière le président. La verticalité jupitérienne était bien mise en scène. De plus, les insolences des 2 journalistes ont permis à Emmanuel macron de faire croire qu’il résiste sans faiblir aux critiques de la gauche.

 

On verra à l’avenir si cette communication mixant la proximité et la verticalité permettra à Emmanuel Macron de faire monter sa côte de popularité au-delà du niveau actuel de 40% (baromètre IPSOS/Le Point).

Please reload

Nous suivre
  • Facebook Basic Black
  • Twitter Basic Black
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now