La manipulation médiatique au sujet de l’ultra-droite



Les médias ont présenté un complot en provenance de l’ultra-droite. Il s’agit de 8 jeunes hommes âgés de de 17 à 29 ans. Ils ont été présentés à un juge d’instruction et mis en examen le 21 octobre 2017 pour « association de malfaiteurs terroriste criminelle ». Le chef Logan Alexandre Nisin, arrêté depuis 4 mois, aurait multiplié les provocations et aurait projeté des actions violentes contre des politiques et des mosquées. Il serait fasciné par le Norvégien Anders Breivik et il aurait projeté de racketter des commerçants pour financer ses actions. Son organisation a repris le nom de l’OAS.


Les médias pour une fois n’ont pas utilisé un prénom d’emprunt ou caché le nom pour éviter de faire apparaître un patronyme à consonance étrangère. Lorsqu’un Français de souche est soupçonné de terrorisme, les médias n’hésitent pas à indiquer son nom et son prénom. De plus, l’injonction moralisatrice de ne pas faire d’amalgame n’existe plus. Les médias n’ont pas hésité à faire ressortir sa proximité avec l’Alliance Française et le Front national. En réalité, Logan Alexandre Nisin a quitté l’Action Française. De même, il a seulement participé à des meetings du Front national. Les autres allégations sont des supputations non prouvées.


Le ministre de l’Intérieur pour éviter le ridicule a été obligé de minimiser l’emballement médiatique. Le ministre de l’Intérieur a répondu à Jean-Luc Mélenchon qui s’indignait de ne pas avoir été prévenu de cette menace. Gérard Collomb a déclaré : « Ce n’est pas la bande la plus sérieuse que l’on ait arrêtée au cours des derniers temps » et que « les cibles n’étaient pas si précises que cela ». Les médias « progressistes » sont ainsi désavoués par le ministre de l’Intérieur qui est pourtant de gauche.


Cette propagande anti-OAS est habituelle pour les médias progressistes dont le socle idéologique est l’antifascisme : arriver à dénicher des militants d’une organisation appelée « OAS » et qui veulent agresser des hommes politiques de gauche et des musulmans est une aubaine. Leur combat antifasciste peut enfin s’appuyer sur une réalité tangible. Les progressistes ont besoin de vrais fascistes pour justifier leur doxa. Mais dans ce cas, les « fascistes » ne sont pas à leur hauteur des espérances des médias progressistes.


Il ne reste qu’une tentative avortée de manipulation des Français concernant une menace de l’ultra-droite. Nous vivons dans une société orwellienne dans laquelle les citoyens sont soumis à une propagande officielle mensongère dont le véritable objectif est de maintenir au pouvoir l’oligarchie libérale-cosmopolite qui nous gouverne.

Nous suivre
  • Facebook Basic Black
  • Twitter Basic Black
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now