Macron face aux fainéants, aux cyniques et aux extrêmes

09/09/2017

 

Emmanuel Macron lors d’un discours aux Français résidant en Grèce a déclaré : « Je serai d’une détermination absolue et je ne céderai rien, ni aux fainéants, ni aux cyniques, ni aux extrêmes ». Il souhaitait marquer sa détermination à conduire des réformes en France et il désignait ses adversaires. On trouve sans surprise les extrêmes. Macron désigne certainement les électeurs du Front national et ceux du Front de gauche. La rengaine est bien connue : ceux qui s’opposent aux « progressistes » du centre sont rejetés vers les extrêmes. Cette propagande est classique.

 

La nouveauté consiste en l’apparition des fainéants. Les communicants  du gouvernement précisent qu’il s’agit des dirigeants politiques qui n’ont pas réformé la France ces 15 dernières années. Les hollandais, les sarkozystes et les chiraquiens n’apprécieront pas cette attaque. Toutefois  Nicolas Sarkozy avait traité Chirac de roi fainéant. On peut aussi penser que les fonctionnaires, les agents des grandes entreprises publiques et tous ceux  opposés à la réforme du code du travail sont visés par cette attaque. Dans ce cas, beaucoup  de monde peut se sentir agressé. Si Emmanuel Macron avait tenu ce genre de discours pendant la campagne électorale, il n’aurait pas obtenu les ⅔ des voix au second tour.

 

Le cynisme est une attitude inspirée d’une école philosophique de la Grèce antique dont le fondateur est Antisthène. Cette philosophie rejette les valeurs dominantes et la morale. Elle est anticonformiste et provocatrice. Elle valorise le dénuement et la subversion. Le cynique ne recherche aucune richesse ni aucun honneur : une vie de mendicité peut être vertueuse car elle se caractérise par une absence de vanité. La liberté permet d’atteindre la sagesse en transgressant les règles sociales admises. Diogène le cynique (413 av. J-C, 327 av. J-C)  aurait répondu à Alexandre le Grand qui lui demandait ce qu’il pouvait faire pour lui : « Ote-toi de mon soleil ».

 

Il est normal qu’un président qui se prend pour Jupiter combatte les cyniques. Leur philosophie est à l’opposé de sa conception du monde. Emmanuel Macron incarne la morale politiquement correcte et il croit détenir la vérité. En transportant l’Elysée sur le mont Olympe, il peut profiter d’une vue dégagée et d’un air pur. Les mortels en bas qui oseraient le critiquer lui apparaissent comme des fainéants ou des cyniques. La suffisance et la condescendance sont des traits de sa personnalité. Ce quinquennat finira mal mais Emmanuel Macron n’est pas suffisamment cynique pour s’en rendre compte !

Please reload

Nous suivre
  • Facebook Basic Black
  • Twitter Basic Black
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now