Le début de la chute pour Emmanuel Macron



L’été n’a pas été très bon pour Emmanuel Macron. Les sondages commencent à baisser. Le président jupitérien se trouve à un niveau d’opinions favorables très inférieur à celui de Nicolas Sarkozy après 3 mois de mandat et légèrement inférieur à celui de François Hollande. Emmanuel Macron pour se relancer semble vouloir modifier sa communication. Elle consistait surtout à faire le contraire de celle de François Hollande : pas d’interviews avec des journalistes, absence de confidences en off et une communication maîtrisée des images et des photos présidentielles. Mais cette communication basée sur l’image manque de sous-titres. Les grandes orientations à venir semblent floues pour beaucoup de Français.


L’amateurisme de certains députés LREM a été moqué mais les membres du gouvernement manquent également d’expérience. Après le départ de François Bayrou, il ne reste que deux poids lourds au gouvernement : Jean-Yves Le Drian aux Affaires étrangères et Bruno Le Maire à l’Économie. Ce gouvernement manque d’hommes d’expériences pour porter les réformes et communiquer efficacement. Dans ces conditions, Emmanuel Macron se rapproche lentement mais surement en terme de popularité de son socle électoral : 24% des votants au premier tour de l’élection présidentielle. Avec une base électorale représentant environ le ¼ de l’électorat, Emmanuel Macron doit savoir expliquer ses réformes et les réaliser dans la foulée ; sinon sa popularité va tendre vers 25%. Normalement, le premier ministre doit se mettre en avant pour faire passer les réformes. Il doit protéger le président et lui permettre de conserver une popularité relativement élevée.


Emmanuel Macron a choisi de communiquer au sujet des travailleurs détachés. Il considère que le système actuel n’est pas conforme à l’esprit de l’Union européenne. Il a effectué des déplacements dans différents pays de l’Europe de l’Est pour les convaincre de durcir les modalités de détachement. Actuellement les travailleurs détachés sont payés avec le niveau de cotisations sociales de leur pays d'origine. Les travailleurs français sont donc plus chers car les cotisations sociales en France sont beaucoup plus élevées que dans les pays de l’Est. Lors de son voyage en Pologne, Emmanuel Macron a tenu un langage diplomatiquement incorrect. Il a déclaré que « La Pologne se met en marge » et « décide d’aller à l’encontre des intérêts européens sur de nombreux sujets ». Il a précisé que « le peuple polonais mérite mieux que cela. La première ministre aura du mal à expliquer qu’il est bon de mal payer les Polonais ». Le gouvernement polonais à répliquer que « peut-être ses déclarations arrogantes sont-elles dues à son manque d’expérience ».


Ainsi l’arrogance d’Emmanuel Macron est relevée par les dirigeants polonais. Il sait pourtant se montrer conciliant avec le président Trump et le président Poutine. Cette arrogance s’ajoute à la manière autoritaire utilisée pour congédier le général de Villiers. Ces traits de personnalité peuvent desservir Emmanuel Macron s’il n’atteint pas ses objectifs. Il doit désormais obtenir un durcissement de la directive sur les travailleurs détachés de la part des instances européennes ; sinon il passera pour un excité mal élevé.

Nous suivre
  • Facebook Basic Black
  • Twitter Basic Black
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now