Appel pour François Fillon

 

         


     

 

Le Rassemblement Pour la France est un mouvement gaulliste. C'est la raison pour laquelle il n'est pas favorable au système des primaires. Celui-ci témoigne d'une imitation d'un modèle américain qui montre aujourd'hui quelques signes de fatigue. Surtout ce système, c'est celui des partis puisqu'une élection appuyée essentiellement sur un parti politique, le PS ou Les Républicains, joue un rôle décisif dans le choix ultérieur de tous les Français. De Gaulle souhaitait que l'élection présidentielle soit l'expression de la volonté d'un peuple d'être représenté et conduit par un Chef d'Etat dont la légitimité soit totalement indépendante du jeu politicien des partis. Ce dernier avait conduit les 3ème et 4ème Républiques au désastre. Un gaulliste ne peut se réjouir qu'on y soit progressivement revenu.
 

    Pour autant, il serait irresponsable de nous tenir à l'écart du second tour des primaires de la droite et du centre, tant le choix apparaît s'imposer pour un mouvement gaulliste, c'est-à-dire patriote, mais aussi, c'est la particularité de notre formation, clairement libéral et conservateur. 
 

    Le RPF est patriote et souhaite que la France retrouve sa souveraineté, non pas contre l'Europe, mais avec les autres Etats du continent. La prééminence des gouvernements nationaux sur la commission bruxelloise que propose Fillon va dans ce sens. De même, le retour à l'indépendance de notre politique étrangère s'inscrit dans cette ligne. Il ne sera pas possible de rétablir la paix au Moyen-Orient et dans l'Est de l'Europe sans faire preuve de réalisme à l'égard de la Russie.
 

    Le RPF est libéral dans la mesure où il défend la préservation des libertés fondamentales de la personne notamment dans le domaine de la pensée et de l'action économique. Le libéralisme, c'est avant tout la société de confiance dont parlait Alain Peyrefitte, une société qui libère l'initiative individuelle en allégeant le poids de la fiscalité et des réglementations abusives. C'est aujourd'hui après des décennies d'enlisement et de déclin le seul moyen de redresser le pays. L'exemple de Margaret Thatcher est probant. Elle a redonné sa puissance à ce qui était l'homme malade de l'Europe après des décennies d'Etat-Providence. Il y a donc une parfaite cohérence entre le patriotisme et le libéralisme.
 

    Le RPF est conservateur, parce qu'il croit en ce que les derniers Papes ont appelé l'écologie humaine. Les communautés naturelles, la famille, la nation sont nécessaires à l'équilibre et à l'épanouissement humains. Promouvoir la famille traditionnelle, la plus stable possible, célébrer la nation, comme source d'une cohésion fondée sur l'identité culturelle et la solidarité au sein d'une communauté permanente dans le temps, sont au coeur des valeurs conservatrices. Elles sont indissociables du vouloir-vivre d'un pays.
 

    Jamais sans doute un candidat n'a correspondu à ces trois vecteurs de notre pensée autant que François Fillon. Si certaines des mesures qu'il préconise vont être utilisées par nos adversaires pour faire peur, c'est un excellent signe. Il prouve que ceux qui ont enfoncé notre pays dans le déclin voire dans la décadence veulent poursuivre leur travail de sape et s'opposent à un candidat qui désire vraiment redresser le pays avec la vigueur nécessaire. Cette vigueur aussi ne peut que plaire à des gaullistes.
 

    Il est triste de voir Juppé passer aux aveux. Cet homme n'a jamais été de droite. Son attachement particulier à défendre des "valeurs" de gauche comme le droit à l'avortement ou le mariage unisexe en témoigne. A-t-il été gaulliste ? Sa soumission à la technocratie européenne et à la politique menée par les Etats-Unis dans le monde démontrent le contraire. Cet homme qui avait oublié qu'il défendait la préférence nationale dans la années 1980 n'a pas d'idées propres. Il fait carrière au gré du temps et il est temps que celle-ci s'arrête. Est-il même intelligent ? Sa propension à attaquer le Front national devrait le conduire à se réjouir que des personnalités s'éloignent de celui-ci. Sans doute ne comprend-il pas que c'est la fausse droite, la 2ème gauche à laquelle il appartient qui avait amené beaucoup de Français à se tourner vers le Front National.
 

Il ne faut pas faire preuve d'une excessive naïveté. François Fillon n'est pas un sauveur. Peut-être serons-nous déçus. Mais ce dimanche, il faut lui donner toutes les chances pour représenter nos idées lors des présidentielles avec quelques chances de les voir guider la France. Nous resterons attentifs au cours de la campagne au maintien du cap actuel et n'hésiterons pas à revoir notre jugement s'il devait s'en écarter. 

Please reload

Nous suivre
  • Facebook Basic Black
  • Twitter Basic Black
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now